Après une nuit à Boulajoul, les équipages ont repris la route ce lundi en direction du bivouac de Merzouga, installé au pied des magnifiques dunes de l’Erg Chebbi. Une journée marquée à la fois par l’ouverture de la compétition et la découverte de la piste lors d’une spéciale d’une cinquantaine de kilomètres, et par la traditionnelle cérémonie de remise des dons, temps fort solidaire du raid.  

Le vent a soufflé jusque sous les tentes. Les nuits à Boulajoul marquent les esprits. Un évènement de plus à ranger dans la boîte à souvenir déjà bien remplie des Trophistes. Ce matin, ils sont repartis le sourire aux lèvres. Dynamisés par des envies de grand sud. Ils ont longé la vallée du Ziz, ses gorges et ses oasis verdoyantes. Ils ont franchi un ultime col avant d’entamer la descente vers le désert. Les kilomètres ont défilé en même temps que le thermomètre retrouvait des couleurs. L’Atlas s’est effacé pour céder sa place à l’immensité du désert. Et au détour d’un virage, ils ont bifurqué vers la piste.

Et paf, le bac de sable

Le 4L Trophy bascule dans la compétition. Cette fois, le road-book et la boussole, c’est pour de vrai. Et la piste aussi. Devant eux, la découverte de l’orientation avec une cinquantaine de kilomètres de spéciale. A bord de la 4L 1769, Lucie et Lucas « les kinés de Sainté » ont manifestement encore quelques progrès à faire. Lucas raconte : « J’ai pris le cap, on est allé tout droit. Mais je m’étais trompé de page de road-book ! Et paf, bac de sable. Bien sûr, on n’avait pas dégonflé les pneus. Il a fallu pousser… » Ils ont navigué entre le sable et la végétation. « Viser la petite antenne en contournant le lac par la gauche », comme l’indiquait le road-book au PK (point kilométrique) 303,2. Ils ont pris des caps. Et du plaisir.

« On est lancé »

« C’est génial, les sensations sont super différentes, s’enthousiasmaient Baptiste et Thibaut (1370). Ca claque un peu de partout dans la voiture. On voit les trainées de poussières. On est lancé ! » D’abord lointaines, les dunes de l’Erg Chebbi de Merzouga ont pris. Majestueuses, magnifiquement éclairées, les plus hautes dunes du Maroc abriteront les Trophistes jusqu’à jeudi, jour du départ de l’étape marathon qui les conduira jusqu’à Marrakech. D’ici là, ils croiseront des bacs de sable, beaucoup. Lors de son briefing du jour, le directeur de course Jean-Jacques Rey a prévenu : « Pour vous en sortir, il faudra vous entraider ! » Ca, ils savent faire.