A l’occasion des 20 ans du raid, nous vous proposons chaque jour de revivre des épisodes qui ont marqué l’histoire du 4L Trophy. Ce samedi, revivez comment le raid, qui n’était encore qu’une idée, est devenu une réalité.

Jean-Jacques Rey tient son idée. Encore faut-il la réaliser. D’abord, avec quelle voiture ? De retour en France après la fameuse reconnaissance Biarritz-Dakar, il se renseigne. Huit millions de 4L ont été produites en France. « Les gens de ma génération, nous roulions tous en 4L, raconte Jean-Jacques. Tu peux réparer le moteur avec un trombone. Sa mécanique est simple, fiable et robuste. » La 4L a le profil idéal. Mais tiendra-t-elle sur la piste ? Pour le savoir, le créateur du raid procède à un test grandeur nature.

1500 km de piste en 10 jours

Direction le Maroc où il loue une 4L. Accompagné d’un 4×4 d’assistance, il file vers le grand sud, dans la région de Merzouga et Zagora. Pendant une dizaine de jours, il avale 1500 kilomètres de piste. Teste les dunes. La 4L passe partout et se répare facilement. Quelques bras suffisent à la tirer d’un bac de sable un peu plus profond que les autres. L’essai est concluant. Et en plus de ça, elle a une bonne gueule la 4L. Une tête de bonne copine toujours prête à partir en virée. Elle a une personnalité. Le choix est validé. Ne reste qu’à travailler le dossier. En février 1997, cinq 4L sont sur la ligne de départ de la première édition du 4L Trophy.